Les Hauts de Plaine
Collège
Laragne Monteglin
 

Visite de l’opéra de Marseille

dimanche 14 mai 2017, par Mme Monsignori

L’opéra de Marseille est un opéra « municipal » ce qui signifie que sa gestion relève de la marie de la ville. 300 personnes y travaillent (artistes, techniciens, administratifs). Les places vont de 11€ à 80€. Il date de 1787, mais après avoir entièrement brûlé, il fut reconstruit dans le style dit « ART DECO ». Avec l’opéra de Mexico, l’opéra de Marseille est le seul théâtre au monde à être conçu dans ce style décoratif qui se caractérise par :

- des références à la mythologie grecque que les latinistes ont su brillamment retrouver :

JPEG

Aphrodite déesse de la beauté, Apollon dieu des arts, du chant, de la poésie et de la beauté masculine, Pallas (Athéna) déesse de la guerre et de la sagesse, Dionysos dieu du vin, de la fête et de la tragédie (en tant que spectacle théâtral).

JPEG

Orphée dont la fresque monumentale orne le plafond du grand foyer.

- la représentation des corps dans la beauté de leur nudité, des couleurs et des teintes pastelles, des figures allégoriques :

JPEG

Femme représentant la ville de Marseille (tout autour : des personnages tirés des plus grands opéras)

JPEG

Femme incarnant la tragédie

Nous avons appris qu’à l’opéra, le spectacle n’est pas forcément sur la scène… En effet, nos guides nous ont répété à de nombreuses reprises que l’on allait à l’opéra avant tout pour se montrer. Ainsi les dames « de la haute » mettaient leurs plus belles parures quand elles allaient à l’opéra et notamment de belles robes corsetées. Serrées dans leur corset il n’était pas rare que les émotions leur fassent perdre la tête au point de s’évanouir. Dans le hall d’entrée se trouve donc ce que l’on appelle des boites à sels de réanimation :

JPEG

Dans les étages nous avons eu une chance immense et vécu des rencontres uniques :

- une répétition de danse :
JPEG

- l’atelier de fabrication des costumes (du sur mesure s’il vous plait !). Le chant est une activité très physique ; un costume se doit donc de respecter deux critères : être résistant et confortable.
JPEG

- le coin des modistes qui fabriquent les chapeaux :
JPEG

- des salles de répétition de musique qui sont très nombreuses (l’orchestre se compose de 90 musiciens, les opéras se composent avec un chœur qui chante la voix du peuple la plupart du temps).

Dans la salle, toute l’organisation reflète la volonté de hiérarchiser la société. Cette organisation est celle d’un théâtre dit « à l’italienne », comme les salles parisiennes où étaient représentées les comédies de Molière notamment.

Les loges d’avant-scène. Elles sont réservées aux personnes les plus importantes. On y voit très très mal le spectacle ! C’est normal car le but de ces loges n’est pas d’assister au spectacle mais de se montrer, se faire regarder par les gens dans la salle. Aujourd’hui condamnées elles servent pour la logistique : projecteurs, écrans pour les sous-titre.
JPEG

L’orchestre. Aujourd’hui composé de sièges inclinés pour bien voir le spectacle, les gens y étaient debout, mangeaient, jetaient de fruits pourris si le spectacle ne leur plaisait pas… Cet espace était réservé aux pauvres. Preuve est qu’au plafond se trouvait auparavant un grand lustre qui soutenait les bougies, seule source d’éclairage. La cire en fondant tombait dans l’orchestre et sur les spectateurs qui s’y trouvaient.
JPEG

Les baignoires sont les loges réservées aux grands personnages politiques et militaires. On y faisait des affaires plus qu’on ne profitait du spectacle.
JPEG

Plus on monte dans les balcons, moins il y a de confort (quelques dorures et du velours au premier balcon, laissent place à des sièges sommaires et des barres en métal au dernier balcon que l’on nomme le poulailler).
JPEG

Le poulailler. L’espace où les places sont le moins cher. C’est là que prennent place les vrais mélomanes car tout en hauteur que le son est le meilleur. Il n’est pas rare à Marseille que les spectateurs, très connaisseurs et exigeants, suivent l’opéra munis de la partition pour guetter la fausse note !
JPEG

Le grand foyer était utilisé aux entractes par les personnes appartenant à la haute bourgeoisie. Des grilles permettaient de fermer l’accès au foyer pour les spectateurs des étages supérieurs.
JPEG

La visite s’est achevée par le récit de quelques anecdotes et superstitions du monde de l’opéra et du théâtre : le vert, les c-o-r-d-e-s, pourquoi on dit « merde ! » avant un examen, ...

La journée à Marseille du 12/05/2017 était organisée par M. Vautrin et M. Bocquet.

Remerciements :
Les élèves ont pu réaliser cette visite grâce à un financement du Département des Hautes-Alpes.

Portfolio

 
Collège les Hauts de Plaine – Avenue du collège - 05300 Laragne Monteglin – Responsable de publication : M Verney ce.0050452p@ac-aix-marseille.fr
Dernière mise à jour : samedi 24 juin 2017 – Tous droits réservés © 2008-2017, Académie d'Aix-Marseille